Fascicule technique de consolidation et virtualisation

Avec la création de plus de 3 milliards de bits de données par seconde, l’appétit mondial pour une information de plus en plus complexe ne fait qu’augmenter. Et cette avidité s’accompagne d'un besoin en data centers permettant de stocker et de traiter cette information. En conséquence, le taux de croissance des data centers est d'environ 50 pour cent par an. Toutefois, avec la croissance des collections de données à l'échelle mondiale, les entreprises consolident et centralisent de plus en plus les opérations de leurs data centers afin d'économiser sur les coûts associés à leur exploitation et leur maintenance, tels que le ceux de l'immobilier, les taxes, les services et autres groupes de support physiques (par exemple, les systèmes de sécurité, électriques et mécaniques). ces nouveaux data centers haute densité réduisent les coûts de production bruts en réduisant les équipements et l’emprise au sol des serveurs distants, les frais de licence et de distribution, ainsi que les charges d’exploitation.

Une des stratégies de consolidation est la virtualisation des serveurs. Cette solution utilise la puissance de traitement des serveurs en groupes logiques, connus sous le nom de serveurs virtuels, exécutant plusieurs applications simultanément sur le réseau de l'entreprise. En gros, la virtualisation élimine la liaison entre le serveur physique et les applications logicielles qui s'exécutent dessus. Comme les logiciels s'exécutent sur des machines virtuelles, la virtualisation permet des rendements de calcul et de puissance supérieurs en maximisant l'usage des serveurs physiques qui prennent en charge le logiciel. La virtualisation offre aux administrateurs réseau la flexibilité et la souplesse essentielles à la gestion des environnements de data center tout en permettant le déploiement et l’adoption rapide des changements et la reprise flexible après sinistre.

Du point de vue du matériel physique, l’emploi de la technologie serveur lame haute densité facilite la virtualisation du serveur. En regroupant des serveurs multiples dans une enceinte châssis, les serveurs lames maximisent la puissance de traitement de l’unité centrale par watt d’énergie consommée. Cependant, la densité plus élevée de leur plateforme change le paradigme de conception sur lequel les data centers traditionnels étaient élaborés. Avec la consolidation des ressources de calcul sur des empreintes physiques plus petites, la consommation de kW au mètre carré augmente, tout comme les besoins en refroidissement. Avec l'avènement des data centers de dernière génération, qui consomment plus de 1 mégawatt d'électricité et produisent jusqu'à 20 kW de chaleur par armoire, les responsables de data centers devront faire face aux défis posés par la gestion de la puissance et de la chaleur, ainsi que par les distances accrues entre les data centers autonomes et redondants. Malgré ces problèmes, les entreprises trouvent qu'il est de plus en plus difficile de conserver un réseau de serveurs réparti dans tout le pays ou dans le monde entier et ont recours à la consolidation des data centers pour limiter les coûts des TI, resserrer la sécurité des données, répondre aux exigences réglementaires et améliorer l'efficacité opérationnelle.

Pour que l'entreprise bénéficie pleinement des avantages de la consolidation et de la virtualisation, des défis de conception inhérents doivent être surmontés. Il est essentiel de comprendre les complexités associées à l'approvisionnement des systèmes de distribution d'énergie triphasée haute efficacité et haute puissance utilisés pour la prise en charge de la technologie des serveurs lames.

Une fois les exigences de puissance pour supporter la charge de calcul comprise, la bonne stratégie de gestion thermique et de refroidissement peut être développée. Une solution de refroidissement passive ou active avec la possibilité de fournir une capacité suffisante pour des charges thermiques de plus de 20 kW par armoire sera nécessaire. La virtualisation nécessite également une amélioration des performances du réseau en matière de bande passante et de temps de réponse. Les technologies à bande passante élevée telles que l'Ethernet 10 gigabits utilisant une fibre optique de 50 microns optimisée laser (ISO OM3) et un câblage à paire torsadée de catégorie 6A (ISO classe EA) soulageront les potentiels goulots associés à l'agrégation des ressources de calcul sur des serveurs virtualisés et des plate-formes de stockage. Enfin, conformément à la norme ANSI/TIA-942-A et aux autres normes mondiales de data center, il sera créé une infrastructure de câblage conçue pour être compatible avec les environnements de serveurs virtualisés et qui s'adapte à l’échelle de la croissance du réseau.

12T0014X00-Server-Consolidation_techbrief

Une fois comprises les exigences de puissance nécessaires pour supporter la charge de calcul, la bonne stratégie de gestion thermique et de refroidissement peut être développée. Une solution de refroidissement passive ou active fournissant une capacité suffisante pour des charges thermiques de plus de 20 kW par armoire sera nécessaire. La virtualisation nécessite également une amélioration des performances du réseau en matière de bande passante et de temps de réponse. Les technologies à bande passante élevée telles que l'Ethernet 10 gigabits utilisant une fibre optique de 50 microns optimisée laser (ISO OM3) et un câblage à paire torsadée de catégorie 6A (ISO classe EA) soulageront les potentiels goulots associés à l'agrégation des ressources de calcul sur des serveurs virtualisés et des plate-formes de stockage. Enfin, conformément à la norme ANSI/TIA-942-A et aux autres normes mondiales de data center, il sera créé une infrastructure de câblage conçue pour être compatible avec les environnements de serveurs virtualisés et qui s'adapte à la croissance du réseau.



callout-40x37

Pour de plus amples renseignements, veuillez contacter votre représentant Anixter local  au 1.877.ANIXTER.

Tech-Brief-Logo-294x34